Accueil du site >

Imagerie acoustique en milieux réverbérants

Imagerie acoustique en milieux réverbérants

par Thomas Gallot Laboratoire de Géophysique Interne et Tectonophysique à l’université Joseph Fourier de Grenoble

le vendredi 18 février 2011 à 14h salle de conférence du 4ème étage

Résumé :
Le travail de recherche mené lors de cette thèse propose d’améliorer la compréhension et l’utilisation de champs d’ondes complexes issus de la propagation en milieux réverbérants. Dans de tels milieux, la réverbération donne lieu à une répartition spatiale de l’intensité liée à la position de la source. Ce phénomène, appelé rétro-diffusion cohérente, est étudié dans des cavités simples afin de disposer de modèles analytiques permettant de prédire les résultats expérimentaux de surintensité à la source. Les symétries spatiales jouent aussi un rôle dans la répartition de l’intensité, rôle qui est étudié selon la même approche. La réverbération, aussi complexe soit-elle, contient des informations qui peuvent permettre d’imager le milieu de propagation. Ce principe est utilisé pour l’élastographie, l’imagerie de l’élasticité des tissus mous. La problématique et les méthodes d’élastographie sont alors présentées puis appliquées à la détermination de délais électromécaniques dans des muscles squelettiques. Les méthodes d’extraction de l’information contenue dans un champ complexe d’ondes élastiques sont ensuite développées. Basée sur le retournement temporel et la corrélation de bruit, une élastographie passive tirant profit du bruit physiologique est proposée. La faisabilité de cette méthode est démontrée à travers des mesures d’élasticité dans des gels et les premiers résultats in-vivo sont présentés. Finalement, une optimisation des méthodes d’imagerie passive est développée à partir de données sismiques. Le principe de ce filtre inverse passif consiste à mieux prendre en compte une répartition spatiale généralement inhomogène des sources de bruit.

Dans la même rubrique :