Accueil du site >

De l’opportunité de contribuer encore, en 2010, à l’effort de compréhension et de modélisation de l’organe de l’ouïe

De l’opportunité de contribuer encore, en 2010, à l’effort de compréhension et de modélisation de l’organe de l’ouïe

par Elisabeth Delevoye, onctions Innovantes et Nanotechnologies, projets transverses et technologies pour la santé, CEA-Grenoble MINATEC LETI

le jeudi 3 juin 2010 à 15h Salle

Résumé :
Le développement des interfaces audio, la miniaturisation des prothèses auditives, l’ouverture du marché des implants cochléaires vers les personnes ayant une audition résiduelle ouvrent des perspectives économiques et des possibilités de développement en R&D. Un regain d’intérêt pour une modélisation plus fidèle de l’organe de l’audition est nettement visible depuis le début des années 2000. La génétique, les progrès en imagerie et en neurosciences renouvellent par ailleurs les moyens de compréhension de la biophysique et de la biochimie en jeu au sein des cellules sensorielles. Malgré l’essor des moyens de simulation, les efforts cumulés depuis le milieu du XXème siècle n’ont pas permis de constituer une compréhension satisfaisante du fonctionnement de l’organe. Pour l’oreille interne, le constat vient d’être publié par les ténors du domaine [Hear Res. 2010 Jan 7. 21 pages "The remarkable cochlear amplifier". Ashmore J, Avan P, Brownell WE, Dallos P, Dierkes K, Fettiplace R, Grosh K, Hackney C, Hudspeth AJ, Jülicher F, Lindner B, Martin P, Meaud J, Petit C, Santos Sacchi JR, Canlon B.]. Pour ce qui concerne l’oreille moyenne, c’est un chirurgien italien qui a lancé en 2007 un défi, en démontrant le bon fonctionnement d’un implant dont le positionnement particulier met en lumière les limites du modèle standard. Deux parties distinctes seront abordées. D’une part le milieu aérien avec l’oreille externe et l’oreille moyenne. Un schéma fonctionnel non classique sera proposé pour initier une discussion quant à l’introduction de concepts de vibro-acoustiques voire d’acoustique instrumentale. D’autre part le milieu fluide avec le vestibule et l’oreille interne à l’intérieur de laquelle actionneurs et cellulles sensorielles sont ordonnés selon une disposition géométrique remarquable. La problématique de la nature mal connue des ondes qui s’y forment et de leur mode de formation inobservable dans la "hook" (l’extrême base de la cochlée ou oreille interne) sera exposée. Dans ces deux milieux une description anatomique détaillée mettra en évidence la possible existence de phénomènes physiques négligés jusqu’à aujourd’hui.

Dans la même rubrique :