Accueil du site >

Soutenance de thèse de Cyril DESJOUY

Soutenance de thèse de Cyril DESJOUY

Mercredi 30 Mars 2009 à 14h30, 4ème étage du bâtiment IAM

Pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L’UNIVERSITÉ DU MAINE
Spécialité : ACOUSTIQUE

devant le jury composé de :

P. BLANC-BENON, Directeur de Recherches, LMFA, Lyon, Rapporteur
H. BAILLIET, Maître de Conférences, Institut P’, Poitiers, Rapporteur
E. FRIOT, Chargé de Recherches, LMA, Marseille, Examinateur
J. GILBERT, Directeur de Recherches, LAUM, Le Mans, Examinateur
V. GUSEV, Professeur, LPEC, Le Mans, Examinateur
P. NIKA, Professeur, FEMTO—ST, Belfort, Examinateur
P. LOTTON, Chargé de Recherches, LAUM, Le Mans, Directeur
G. PENELET, Maître de Conférences, LAUM, Le Mans, Co-directeur
D. BALTEAN-CARLES, Maître de Conférences, LIMSI, Orsay, Invitée

Résumé :

Ce travail de recherche s’inscrit dans la continuité des travaux déjà effectués dans l’équipe thermoacoustique du Laboratoire d’Acoustique de l’Université du Maine (LAUM, UMR CNRS 6613) depuis 1995, et vise à apporter une meilleure compréhension des phénomènes physiques qui sont mis en jeu dans les machines thermoacoustiques. Le mémoire de thèse est divisé en deux parties, concernant toutes deux des systèmes basés sur des résonateurs acoustiques à géométrie annulaire.

La première partie de ce travail concerne l’étude des écoulements redressés (aussi appelés « vent acoustique ») prenant place dans les résonateurs annulaires à ondes progressives lors de la génération d’une onde acoustique de fort niveau. Ce phénomène non linéaire, connu depuis plusieurs décennies, a fait l’objet de nombreux travaux théoriques. Cependant, la grande majorité des travaux effectués sur ce sujet concerne des systèmes acoustiques à ondes stationnaires, et très peu d’équipes de recherche ont réussi à mettre en œuvre une instrumentation permettant d’accéder à la mesure fine des écoulements redressés. L’originalité des travaux menés dans le cadre de ce travail est notamment liée au dispositif acoustique développé, à savoir un résonateur annulaire dans lequel un champ acoustique peut être entretenu au moyen de deux haut-parleurs judicieusement placés le long du guide d’onde et contrôlés en phase et en amplitude afin de donner lieu à une onde acoustique de nature progressive. Un modèle analytique du champ acoustique et de l’écoulement redressé prenant place dans ce type de système est tout d’abord présenté. Une chaîne de mesure par Vélocimétrie Laser Doppler est ensuite mise au point et validée. Cette chaîne de mesure permet d’accéder simultanément à la vitesse particulaire acoustique et à la vitesse du vent acoustique dans le dispositif mentionné ci-dessus. Les résultats de mesure obtenus montrent que la courbure du résonateur a une influence sur le profil de vitesse de l’écoulement redressé sur une section du résonateur. Il est également vérifié que la vitesse moyenne sur une section du guide d’onde est proportionnelle au carré de la pression acoustique, et que les vitesses mesurées sont de plus proches de celles prévues par le modèle.

La seconde partie de ce travail porte sur l’étude d’un système basé sur l’architecture d’un moteur thermoacoustique annulaire dans lequel la présence de deux haut-parleurs contrôlés en amplitude et en phase permet de modifier la structure spatiale du champ acoustique. Ces travaux préliminaires ont pour objet d’étudier la possibilité de contrôler en temps réel la distribution spatiale du champ acoustique, et par voie de conséquence l’amplification thermoacoustique prenant lieu dans le noyau thermoacoustique. Les résultats de mesure de la distribution spatiale du champ acoustique dans le guide d’onde permettent de déterminer la puissance acoustique globale disponible et par suite, le rendement de la machine. Ces mesures sont réalisées lorsque le système de contrôle actif est en fonctionnement ou non. Les résultats de cette étude préliminaire montrent que le système de contrôle actif de l’amplification thermoacoustique mis en place peut permettre, sous certaines conditions, d’augmenter significativement le rendement du générateur d’ondes.