Accueil du site >

Interaction entre cordes vocales et bandes ventriculaires en phonation : exploration in-vivo, modélisation physique, validation in-vitro

Interaction entre cordes vocales et bandes ventriculaires en phonation : exploration in-vivo, modélisation physique, validation in-vitro

par Lucie BAILLY - ATER, INPG Grenoble Dept Parole & Cognition de GIPSA-lab UMR CNRS 5216

le mardi 20 Mai 2009 à 16:00 Salle IAM 4ième étage

Résumé : Les bandes ventriculaires, aussi appelées « fausses » cordes vocales, sont deux structures du larynx situées au dessus du plan glottique, dont l’implication a été observée pour certaines réalisations vocales. L’origine de la participation des bandes ventriculaires dans le geste phonatoire, et les effets induits sur le son laryngé sont peu explorés dans la littérature et encore mal compris. Cette étude se propose de modéliser l’impact aérodynamique généré par les bandes ventriculaires sur la vibration glottique, par une description théorique de l’écoulement translaryngé couplée à un modèle physique de phonation. L’interaction entre les cordes vocales et les bandes ventriculaires est caractérisée par une exploration conjointe sur l’humain (par électroglottographie et cinématographie ultra-rapide synchronisées) et sur des maquettes du larynx rigides et déformables (par visualisation d’écoulement, mesures vélocimétriques PIV et mesures de pression). La géométrie et le comportement dynamique des bandes ventriculaires sont observés dans différents contextes phonatoires (phonation usuelle, chant de gorge, grognement, effort vocal). Elles peuvent rester immobiles éloignées, se rapprocher, s’accoler, ou vibrer périodiquement ou non, en phase ou non avec les cordes vocales. Le phénomène de doublement de période mesuré en chant de gorge fait l’objet d’une étude approfondie. La variation périodique de la durée du cycle glottique et l’effet du contact ventriculaire sur le temps de fermeture glottique sont démontrés. L’incidence de la géométrie ventriculaire sur la distribution de pression et la résistance de l’écoulement translaryngé, la fréquence, l’amplitude et les pressions de seuils d’oscillation est mesurée in-vitro, et comparée aux prédictions théoriques. La présence de la constriction ventriculaire en aval de la maquette des cordes vocales peut modifier son comportement vibratoire, altérant ou favorisant les auto-oscillations selon la configuration géométrique. Le redressement du jet glottique et un effet stabilisateur de la constriction ventriculaire sont mesurés pour certaines géométries.

Dans la même rubrique :