Accueil du site >

Soutenance de Thèse de Guillaume NIEF

Soutenance de Thèse de Guillaume NIEF

Vendredi 5 Décembre 2008 à 15h30 à l’Université du Maine - Salle de Conférences LAUM - 4ème Etage du Bâtiment IAM

Pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L’UNIVERSITÉ DU MAINE
Spécialité : ACOUSTIQUE

sujet :
« COMPORTEMENT VIBROACOUSTIQUE DES CONDUITS : MODÉLISATION, MESURE ET APPLICATIONS AUX INSTRUMENTS DE MUSIQUE À VENT.  »

devant le jury composé de :

M. Campbell, Professeur, University of Edinburgh, Edimbourg (Ecosse) : Examinateur,
J.-P. Dalmont, Professeur, Université du Maine, Le Mans : Co-directeur de thèse
B. Fabre, Professeur, Université Pierre et Marie Curie, Paris : Rapporteur
F. Gautier, Professeur, Université du Maine, Le Mans : Co-directeur de thèse
J. Gilbert, Directeur de recherche, CNRS, Le Mans : Directeur de thèse
B. Laulagnet, Maître de conférences, INSA, Lyon : Examinateur
E. Parizet, Professeur, INSA, Lyon : Rapporteur
O. Thomas Maître de conférences, CNAM, Paris : Examinateur

Résumé :
Les effets des vibrations du corps d’un instrument de musique à vent sur le son qu’il produit, sont un sujet d’importance et peu étudié. Les vibrations mettent en jeu divers couplages vibroacoustiques : couplage conduit/fluide interne et couplage conduit/fluide externe. Ces deux mécanismes et leurs effets sont analysés. Un modèle décrivant les couplages entre les vibrations d’un conduit cylindrique et la colonne d’air qu’il contient, permet d’aboutir à une expression de son impédance d’entrée acoustique, qui diffère du cas du conduit indéformable. Pour la plupart des cas d’instruments réels, les effets sont très faibles. Cependant, les couplages sont non négligeables lorsque le conduit présente un léger défaut de circularité, qui est toujours présent en pratique. La perturbation de l’impédance est maximisée lorsque la fréquence de résonance d’un mode mécanique du conduit, un mode d’ovalisation notamment, coïncide avec celle d’un des modes acoustiques de la colonne d’air. Les résultats théoriques sont confrontés à des mesures d’impédance d’entrée sur différents conduits vibrants, validant l’approche. Les sons musicaux produits par ces conduits, associés à des embouchures d’instruments de musique (bec de clarinette et embouchure de tuyau d’orgue), sont analysés. Les effets des vibrations de paroi, dépendant du niveau de perturbation de l’impédance d’entrée, vont d’une légère modification de timbre à des transitions d’un régime périodique "normal" vers un régime pseudo-périodique présentant des battements, non souhaité en situation musicale. Le couplage conduit/fluide externe est exploré dans le cas d’un pavillon de trombone. Le rayonnement externe du pavillon sous excitation acoustique libre de vibrer diffère très légèrement du cas où ses vibrations sont amorties par du sable. Des différences de quelques décibels sont observées à des fréquences de résonance mécanique du pavillon, pour des modes de vibrations rayonnants, efficaces du point de vue du rayonnement acoustique.