Mécanique de l'archet

L'objectif de ces travaux, menés dans le cadre d'une thèse1, est de mieux comprendre le fonctionnement de l'archet, élément indispensable à la production sonore des instruments à cordes frottées.


Afin d’orienter la démarche de modélisation et le développement de méthodes de caractérisation, une attention particulière a été portée au discours des facteurs. L’analyse de leur travail a révélé que la maîtrise du comportement statique de l’archet est un point clé de la fabrication : l’archetier doit assurer le maintien de la mèche sous tension, fonction première de la baguette, tout en conférant à l’archet les qualités de jeu recherchées par le musicien.
D'un point de vue mécanique, l’archet est une structure précontrainte : la baguette, assimilée à une poutre courbe de section variable, est soumise à la tension de la mèche. À cet effort initial s’ajoutent ceux issus de l’interaction entre le musicien et l’instrument pendant le jeu. Un modèle numérique d'archet prenant en compte la non-linéarité géométrique a été développé [1, 2]. Ce modèle, qui s'accorde de façon très satisfaisante avec l'expérience, a permis de mieux comprendre l'effet de différents réglages sur le comportement de l'archet en situation de jeu, notamment celui du cambre (courbure initiale de la baguette) et de la tension. La mise en évidence d'une instabilité mécanique de type flambement, pouvant expliquer le caractère incontrôlable de certains archets, constitue un résultat original de cette étude. Par ailleurs, une méthode inverse permettant d’identifier des paramètres mécaniques (module d'Young, tension dans la mèche...) a été proposée.
Une partie des outils de caractérisation et de simulation développés au cours de la thèse a été transférée en atelier. Ces outils ont récemment été appliqués à la caractérisation d'archets anciens de la collection du Musée de la Musique [C5].

Contacts

Animateur de l'Opération de Recherches

Bruno Gazengel

bruno.gazengel @ univ-lemans.fr